SAINT BONAVENTURE 1217 - 1274
Mercredi 4 avril 2012 après midi
Accueil > Mercredi 4 avril 2012 après midi

Accueil

BONAVENTURIENS

COMMENTAIRE DE L’EVANGILE DE LUC

DICTIONNAIRE

ETUDES de THEOLOGIE bonaventurienne

HISTOIRE

ICONOGRAPHIE BONAVENTURIENNE

INTRODUCTION A SAINT BONAVENTURE

LE COMMENTAIRE DES SENTENCES

LES CITATIONS DE L’ECRITURE

LIENS des SITES sur St BONAVENTURE

MORCEAUX CHOISIS

NOTES DE LECTURE

NOUVEAUTES

OEUVRES

OPUSCULES Tome 5 des Opera Omnia

OPUSCULES Tome 8 des Opera Omnia

PHILOSOPHIE

PRESENTATION GENERALE

RETRAITE à ORSAY 3 - 8 avril 2012

S. BONAVENTURE et les AUTRES

SERMONS DE SAINT BONAVENTURE

ARTICLES SCANNES SUR S. BONAVENTURE


Mercredi après midi 4 avril après midi.

Dans ce que l’on ce que l’on appelle le Prothème, Bonaventure parle très souvent de notre attitude vis à vis de la Parole de Dieu. Mais il ne parle pas que du point de vue de l’auditeur. Il parle aussi très souvent du rôle du Prédicateur, de ce qu’exige la proclamation de la Parole. C’est un excellent enseignement sur la manière que nous devons avoir d’écouter la Parole de Dieu, mais les prothèmes en disent long également sur la façon dont Bonaventure conçoit son rôle de prédicateur. C’est pourquoi dans cette partie de la retraite, nous donnons des textes concernant et le Prédicateur et l’auditeur.

PREDICATEUR

premier dimanche de Carême - (15SDM)

1. Jésus a été conduit par l’Esprit au désert pour être tenté par le diable .
[Prothème] Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu qui donne abondamment à tous, sans faire de reproche . N’importe quel 5 prédicateur au début de son sermon doit considérer ces trois points que l’on discerne dans le second verset de l’épître du bienheureux Jacques. En premier lieu, la pauvreté de l’homme et ses défaillances, ensuite la nécessité d’une prière pieuse, et troisièmement l’abondance du don de Dieu. Ainsi, c’est la pauvreté de l’homme défaillant qui est soulignée 10 quand il dit si quelqu’un manque de sagesse ; la nécessité d’une prière pieuse quand il suggère : qu’il la demande à Dieu ; enfin, l’abondance du don divin quand il soutient : qui donne à tous en abondance. C’est pourquoi, mes très chers frères, nous savons, pour l’avoir expérimenté, notre pauvreté humaine et nos défaillances, et l’abondance du don divin, 15 et nous avons recours à la dévotion instante des prières vers Dieu le Père, dispensateur de lumière et de sagesse, si bien qu’il nous donne par son indéfectible tendresse la sagesse nécessaire pour proclamer en public les paroles destinées à chanter sa louange et à consoler nos âmes. Amen.

3° dimanche de Carême - (17SDM)
[Prothème] Les lèvres du prêtre gardent la science et l’on cherche la loi de sa bouche, car il est le messager du Seigneur des armées . 5 Dans ce second verset tiré de Malachie, trois choses sont exprimées qui sont nécessaires à quiconque veut présenter la parole de Dieu. Et d’abord il y a la science qui régule, puis la langue qui exprime et enfin la vie qui confirme l’une et l’autre. En effet proposer la Parole de Dieu sans la science qui régule est dangereux, sans la langue qui 10 exprime est infructueux et sans la vie qui orne l’une et l’autre, c’est indigne. La science qui régule est notée quand il dit : Les lèvres du prêtre gardent la science ; les lèvres, ce sont l’intelligence et l’affect qui doivent garder et conserver le trésor de la science. La langue qui exprime, est notée quand il ajoute : et l’on cherche la loi de sa bouche. 15 La vie qui orne l’une et l’autre est notée quand il termine : car il est le messager du Seigneur des armées. Le prédicateur est en effet un ange sous l’aspect de la sainteté et de la pureté. Puis donc, très chers, que ces trois qualités me font défaut, il m’est donc nécessaire de recourir à Dieu le Père des lumières et au Dieu de toute consolation . Qu’il 20 daigne, par sa grâce, me réguler par sa science, m’orner par la sainteté de vie, pour que je puisse exprimer les choses qui sont à la louange et gloire de son nom glorieux et à la consolation de nos âmes. Amen.

AUDITEUR

Dimanche de la quinquagésime (14SDM)

[Prothème] Ecoutez-moi, car j’ai [à vous] dire des choses importantes . Dans ce deuxième verset, tiré du livre des 5 Proverbes, la sagesse divine exprime trois choses qui sont nécessaires à la prédication du dimanche de la passion. La première [qu’elle demande] est du côté de l’auditeur : l’humilité respectueuse dans l’écoute, qui est notée quand il dit : Ecoutez-moi ; la deuxième chose, c’est, de la part de celui qui subit, la profondeur de la matière à comprendre, lorsqu’il ajoute : des choses importantes ; 10 la troisième, de la part de celui qui annonce, c’est l’habileté et l’éloquence dans l’expression, lorsqu’il termine : je parle. Donc très chers, au début de notre sermon du dimanche de la passion demandons à Dieu que par, sa grâce et la piété, Il daigne accorder à chaque auditeur le respect dans l’écoute, à moi qui annonce 15 l’éloquence dans l’expression, pour que nous puissions pour la consolation de nos âmes, tous ensemble, comprendre avec vivacité quelque chose du don infini de notre rédemption et du mystère céleste de la Passion du Seigneur. Et pour que nous puissions obtenir cela, disons, si vous le permettez, ce verset : 20 Salut, Ô Croix, [notre] unique espoir .

Breviloquium
04/3. Cette triple intelligence (que contient l’Ecriture selon le triple sens) convient aussi à l’auditeur, car personne ne l’entend valablement que s’il est humble, pur, fidèle et studieux. Sous l’écorce de la lettre est donc cachée une intelligence mystique et profonde pour comprimer l’orgueil afin que, par sa profondeur cachée sous l’humilité de la lettre, les orgueilleux soient abaissés, les impurs rejetés, les imposteurs détournés, les négligents excités à l’intelligence des mystères. Et parce que l’auditeur de cette doctrine n’est pas d’un genre unique, mais de tous les genres, et qu’il importe que tous ceux qui doivent être sauvés connaissent quelque chose de cette doctrine, l’Ecriture possède donc une intelligence multiple, afin de saisir tout esprit, de condescendre à tout esprit, de dépasser tout esprit, d’illuminer et d’embrasser tout esprit qui prête une diligente attention à cette doctrine, par la multitude de son rayonnement.
Brevil., p. 107.

Texte à usage strictement personnel, ne peut être commercialisé.
Frère Michel Caille, franciscain.